Le Gombo, allié santé et beauté incontesté !

De couleur vert foncé ou rouge, petit ou allongé, selon la variété, et à la peau ferme recouverte d’un duvet soyeux, cette plante multifonctionnelle est à la fois vivrière, fourragère, cosmétique, textile, médicinale... Les gousses de gombo contiennent une quantité considérable de nutriments essentiels. Ainsi, elles constituent un moyen économique efficace capable de traiter la malnutrition aux quatre coins du monde. Au vu des vertus nutritionnelles et médicinales dont la nature providence a pourvu ce légume-fruit, Le gombo mérite d’être mieux connu.



Sur la route du Gombo...


Herbacée de la famille des malvacées probablement originaire d’Éthiopie, le gombo était déjà cultivé comme plante potagère en Égypte au XIIe siècle avant l’ère chrétienne. Les routes commerciales de l’antiquité lui ont permis d’être diffusé au-delà de la Mer Rouge dans la péninsule arabique. Lors des premiers siècles de l’ère musulmane, la culture du gombo s’est répandue dans le bassin méditerranéen et au Moyen-Orient. avec l’expansion arabe. Les gousses étaient consommées cuites, et les graines grillées, moulues et consommées en infusion (à la manière du café).

Le gombo va circuler et être adopté en Afrique de l’ouest et de l’est dans le sous-continent indien puis en Asie du sud où on retrouve le gombo jusqu’au Vietnam.

Le gombo a traversé l’atlantique via la traite esclavagiste. Sa présence est attestée dans les Caraïbes au XVIIe siècle. Elle est signalée au Brésil en 1658, au Surinam en 1686 et aux États-Unis au début du XVIIe siècle. En 1748, la plante était cultivée jusqu’à Philadelphie. Consommé par les esclaves des États-Unis, le gombo a longtemps été considéré comme un aliment réservé aux pauvres dans ce pays.


De nos jours, le gombo est particulièrement populaire en Afrique de l’ouest, au Moyen-Orient, en Turquie, en Inde, dans les Caraïbes, en Amérique du Sud et dans le Sud des États-Unis. Sa culture et sa consommation ne sont pas très répandues dans les pays européens, à l’exception de la Grèce.


Le gombo a bien des appellations, issu du mot « Ki-ngombo » du dialecte angolais Mbundu. On le nomme aussi « guingambo » ou « quimbombé » en espagnol des Caraïbes , « Lalo » à l’île de La Réunion et à l’île Maurice, « Calou » en Guyane, « Calalou » en Haïti, « Haricots des Caraïbes » « en Guadeloupe, « Okra » en Louisiane, okuru en igbo, en swahili « Mbamia » ou « Mbinda ».

En Asie du Sud, le mot « Bhindi » est le plus fréquent tandis qu'en Inde, on l’appelle « Bhindi-tori » en Hindi et « Vendi » en Tamoul et au Sri-Lanka. Tous ces différents noms vernaculaires démontrent à quel point sa culture et sa consommation est répandue dans le monde.


Pour vous initier à la plantation du Gombo, vous pouvez lire mon article et regarder notre 1ère Parenthèse Végétale, mère-fils ici !


Le Gombo, un alicament incontournable qui cache bien son jeu !


Il a été découvert que cet aliment, ayant une forte concentration de vitamine » A « , est extrêmement bénéfique pour renforcer le muscle cardiaque et augmenter ainsi les sécrétions des glandes sexuelles, que ce soit chez l’homme ou la femme. Par ailleurs, les chercheurs Nutritionnistes attribuent au gombo la vertu de faire baisser le taux du cholestérol de 30 à 50%. C'est pourquoi, le gombo entre dans la composition de divers produits pharmaceutiques.

Aux Antilles, on attribue au gombo la vertu d’apaiser les troubles gastro-intestinaux dus à l’abus de l’alcool. Les propriétés antispasmodiques et le magnésium contenu dans ce légume auraient aussi un effet bénéfique sur le syndrome prémenstruel. Riche en fibres, le gombo est un allié de la digestion et a également un effet laxatif atténué par ses propriétés antispasmodiques. Il combat la constipation s’il est consommé régulièrement en soupe, tandis que consommé cru, il soigne l’incontinence urinaire.


Les feuilles du gombo possèdent également des vertus. Ainsi, écrasées dans l’eau de bain, les feuilles tonifient et leur jus soigne une peau irritée. En complément avec les fleurs et préparées en bain-marie, elles soulagent les ampoules aux pieds et aux mains.


Les bienfaits du gombo


Voici une liste non-exhaustive des bienfaits recensés du gombo :

Freiner la faim

Gérer le diabète, la pelure et les graines peuvent baisser les niveaux de glucose dans le sang

Prévenir la gastrite

Tenir la fatigue à l’écart

Prévenir la maladie du foie

Éviter les troubles neurodégénératifs, en diminuant les risques de la maladie d’Alzheimer

Stabiliser les niveaux de cholestérol, en diminuant le taux de cholestérol total et les triglycérides

Booster l’immunité et améliorer la vue, grâce à sa teneur en vitamine A13 qui favorise la production de globules blancs, acteurs clés dans votre système immunitaire.

Tuer les cellules cancéreuses dans les seins

Fortifier la santé des os et prévenir les saignements excessifs


Consommer le gombo pour ses vertus médicinales


La tisane faite avec les graines sèches du gombo est diurétique, elle aide à combattre les cystites, la dysenterie, l’irritation des intestins, l’hypertension, le diabète et les fièvres.


Préparer l'eau de gombo

Faites tremper les gousses de gombo dans un verre d’eau pendant toute une nuit à température ambiante. Certains nutriments et composés hydrosolubles du gombo seront lessivés dans l’eau. Le lendemain, enlevez la gousse et buvez l’eau. Toutefois, n’oubliez pas leur arrière-goût amer.


En KWIZINE, on dit quoi ?


Les gousses sont consommées bouillies ou frites, en salade, soupes et en sauces gluantes.

En raison de leur goût plutôt doux, les gousses de gombo sont à assaisonner en conséquence avec vos épices préférées. Lors de la cuisson, les gousses de gombo coupées en petits morceaux sécrètent une sorte de crème laiteuse, qui forme un gel au contact de l’eau et épaissit les soupes et les ragoûts. Cette texture peut être atténuée en blanchissant les gousses avant la cuisson avec de l’eau bouillante vinaigrée ou citronnée.

Les jeunes feuilles sont couramment consommées comme un légume feuille ou brède. Elles peuvent être accommodées en soupes, ragoûts. Généralement utilisées fraîches, elles peuvent aussi être séchées et réduites en poudre pour un usage ultérieur.

Les fleurs comestibles peuvent être consommées crues ou préparées en beignets à la manière des fleurs de courgette. L’abondance des fleurs permet d’en réserver certaines à cet usage sans nuire à la production de fruits. Les fleurs séchées peuvent servir d’ingrédient d’infusion.

Les graines mûres peuvent être torréfiées et moulues pour obtenir une farine sans gluten riche en protéines à la saveur de noisette. Une fois moulues, les graines torréfiées de gombo sont surtout employées, en infusion filtrée à l’instar du café.

L’huile de graines est comestible. De couleur jaune verdâtre, elle a un goût et une odeur agréable. Riche en graisses insaturées : acide oléique et acide linoléique, la teneur en huile de la graine est assez élevée, environ 40%. Les rendements en huile de gombo sont également élevés.


Retrouvez mes recettes et astuces à base de Gombo dans la rubrique Kwizine !



Comment consommer le gombo en cuisine ?


Gombo cru ou cuit

Dans vos préparations culinaires : Consommez-le cru en salade pour profiter de ses nombreux bienfaits. Vous faîtes attention à votre ligne et chercher une solution pour des repas nocturnes rassasiants et légers, adopter le gombo dans la préparation de vos soupes sans féculent ! Il vous suffit de 2 ou 3 gombos cuits et mixés avec vos autres légumes pour vous délecter d'une soupe onctueuse.

Poudre de gombo séchés

Dans la préparation de vos sauces, introduire 1 cc de gombo séché en fin de cuisson pour lier vos sauces et ragoût, il remplace à merveille la fécule de maïs par exemple ! Il est difficile de séparer manuellement les graines de gombo de la gousse pour en faire une poudre. Ainsi, il est plus pratique d’acheter de la poudre de graines de gombo séchée facilement disponible. Or, il est déconseillé de consommer plus de 5 g de cette poudre par jour. Consultez un spécialiste si vous prenez des médicaments contre le diabète.


Intérêt nutritionnel

Le fruit est riche en phosphore et en nutriments essentiels tels que les fibres, le calcium, le fer, le zinc et des vitamines.


Analyse proximale pour 100 gr. du fruit 

Calories : 36 ; eau : 88,9% ; protéines : 2,4% ; lipides : 0,3% ; glucides : 7,6% ; fibres : 1% ; cendres : 0,8% ; calcium : 92 mg ; phosphore : 51 mg ; fer : 0,6mg ; sodium : 3 mg ; potassium : 249 mg ; carotène : 312 µg ; thiamine : 0,17 mg ; riboflavine : 0,21 mg ; niacine : 1 mg ; acide ascorbique : 31 mg.


Une bonne source de nutriments

Peu énergétique, le gombo est en revanche très concentré en nutriments essentiels, en vitamines (A, C, B2, B3, B6 et B9, K), en fibres alimentaires solubles (40% au total). Il contient également des oligo-éléments et est source de minéraux à savoir le calcium, le potassium, le manganèse, le magnésium, le cuivre et le fer.


Capital beauté : Cosmétiques de reines à votre portée !


Soin des cheveux crépus secs et abîmés

Soin capillaire

Plonger une poignée de gombos dans une casserole d’eau bouillante et laisser infuser pendant 15 à 25 minutes. Touiller régulièrement. Filtrer et récupérer le liquide obtenu. Faire tiédir du lait de coco, mélanger le lait tiède à l’infusion de gombos avec un fouet. Ajoutez une cuillère à soupe d’huile végétale de votre choix (d’avocat, d’olive, de coco, etc.) Une fois obtenue une préparation homogène, appliquez sur cheveux légèrement humides. Laissez posez 30 minutes minimum et recouvrez votre cheveux de film plastique et/ou bonnet auto-chauffant. Rincez à l’eau claire.


Ceux qui veulent un masque capillaire, prêt à l'emploi, peuvent essayer le masque et toute la gamme Kreol'Hair, spécialisée dans les soins naturels à base de gombo.


Soin anti-poux et anti-pellicules

Mixer 30 à 40 graines séchées. Mélanger la poudre fine obtenue à de l’huile de sésame ou de l’huile de noix de coco et laisser reposer pendant une journée. Le lendemain, chauffer l’huile pendant 5 à 10 minutes. Laisser refroidir, filtrer et stocker.


La marque Chouette Mama propose également un soin visage anti-âge et un savon au gombo !


Ce qu'il faut retenir !


Il fait partie des alicaments qui contribuent à la régulations des principales fonctions métaboliques et ont d’intéressantes fonctions protectrices. C'est un bon aliment rassasiant, car non seulement le gombo freine la faim, mais il tient la fatigue à l’écart. Le fruit contient une substance mucilagineuse utile pour épaissir soupes et ragoûts. Il renforce votre immunité contre de nombreuses conditions telles que le diabète, l’hypercholestérolémie, la maladie d’Alzheimer, les maladies du foie et le cancer du sein. Étant riche en vitamines A, C et K, la consommation de gombo fortifie les os tout en améliorant votre vision. Enfin, en cas de constipation, préparer de l'eau de gombo et boire ce liquide le matin et à midi.


Sources Web : Aidersonprochain.com, maliactu.net, lavierebelle.org

113 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout